QU'EST-CE-QUE L'AMIANTE?

L’amiante (du grec amiantos : incorruptible) est un silicate naturel hydraté de calcium et de magnésium principalement. Cette roche présente la particularité d’être fibreuse et d’être extrêmement résistante à la chaleur et aux agents chimiques. Il existe différents types d’amiante. L’amiante chrysotile (amiante blanc) est le plus répandu dans les matériaux de construction.

Les fibres d’amiante ont la particularité de se dissocier dans le sens de la longueur en des fibrilles de plus en plus fines. Ces fibrilles sont alors capables de pénétrer dans les alvéoles pulmonaires et d’y séjourner longtemps en raison de leur grande stabilité.

L’amiante possède notamment les propriétés suivantes:

  • résistant à des températures jusqu’à 1 000ºC
  • résistant à de nombreux produits chimiques agressifs
  • bon isolant thermique et électrique
  • grande élasticité et bonne résistance à la traction
  • facilement combinable avec des liants

En raison de ses propriétés exceptionnelles, l’amiante a été très utilisé pour les produits industriels et techniques. On a utilisé massivement l’amiante dans la protection contre le feu (sous forme de dispersions appliquées directement sur les surfaces à protéger : flocages), dans les matériaux d’isolation contre la chaleur (joints, plaquettes de freins et isolation de tuyaux : calorifugeages), comme structurant (fibrociment, dalles de sol, etc.), dans la fabrication de textiles ignifugés (habits de pompiers, couvertures anti-feu) etc.

Interdiction des produits et objets contenant de l’amiante

L’amiante est interdit en Suisse depuis le 1er mars 1989. Cette interdiction s’applique à l’utilisation de l’amiante, à la mise sur le marché, à l’exportation et importation de préparations et de produits contenant de l’amiante (annexe 1.6 de l’Ordonnance sur la réduction des risques liés aux produits chimiques du 18 mai 2005, RS 814.81).

Depuis le 1er mars 1990, cette interdiction s’étend à l’utilisation de la plupart des produits et objets contenant de l’amiante. Une période transitoire a été accordée, jusqu’au 1er janvier 1995, pour certaines utilisations. L’utilisation d’amiante floqué a cessé dès les années 1975/76.

Les produits et les objets contenant de l’amiante ne pouvaient plus être remis ou importés au titre de marchandise à partir des dates figurant dans l’ordonnance abrogée sur les substances dangereuses pour l’environnement, à savoir:

  • plaques planes et plaques ondulées de grand format
  • conduits d’évacuation des eaux domestiques
  • filtres et substances destinés à la filtration pour la production de boissons

1er janvier 1991

  • garnitures de friction pour véhicules à moteur, machines et installations industrielles

1er janvier 1992

  • conduits de pression et canalisations
  • garnitures de friction de rechange pour véhicules à moteur, véhicules ferroviaires, machines et installations industrielles présentant des caractéristiques techniques particulières
  • joints de culasse pour moteurs de type ancien
  • joints plats statiques et garnitures dynamiques pour des éléments soumis à de fortes contraintes
  • filtres destinés à la filtration ultrafine ou stérilisatrice pour la production de boissons et la production pharmacologique
  • diaphragmes pour les procédés d’électrolyse

1er janvier 1995

  • tout autre produit ou objet contenant de l’amiante

1er mars 1990

Pour éviter tout risque inutile, il est impératif d’identifier à temps les matériaux avec de l’amiante. C’est le seul moyen pour définir les mesures de protection nécessaires.

Assainissement, mesures de protection

Les mesures nécessaires dans le cadre de la manipulation de matériaux contenant de l’amiante sont consignées dans la Directive CFST 6503 («Amiante»).

Les travaux avec des  produits à base d’amiante faiblement aggloméré sont particulièrement dangereux. En effet, ces produits peuvent facilement libérer des fibres, d’où une concentration importante de fibres dans l’air. Les travaux pouvant entraîner la libération d’une importante quantité de fibres d’amiante nocives doivent être exclusivement réalisés par des entreprises de désamiantage reconnues.

Pour les produits à base d’amiante fortement aggloméré, le risque de libération d’un grand nombre de fibres d’amiante existe notamment en cas d’intervention mécanique (fraisage, perçage, broyage, découpage, etc.). En principe, il faut éviter d’effectuer de tels travaux. Pour certaines activités, il existe autrement des mesures décrites dans les règles de la technique correspondantes (instructions pratiques) qui empêchent une forte libération de fibres. De telles activités doivent être effectuées en respectant les règles de la technique de professionnels instruits.

Obligation d’annoncer les travaux de désamiantage

Les employeurs sont tenus d’annoncer à la Suva, avant le début des travaux, l’assainissement des revêtements contenant de l’amiante floqué, des panneaux de fibres contenant de l’amiante d’une surface supérieure ou égale à 2 m2 et des revêtements de sols et de parois contenant de l’amiante d’une surface supérieure ou égale à 5 m2.

Maladies provoquées par l’amiante

On peut ranger ces maladies en quatre catégories:

Plaques pleurales

Les plaques pleurales constituent les modifications les plus fréquentes liées à l’amiante. Seules des personnes fortement exposées à l’amiante sont concernées. Des contacts exceptionnels ou accidentels ne suffisent donc pas pour développer cette maladie. Par plaques pleurales, on entend un épaississement de la plèvre pariétale à la suite d’une inflammation chronique. Dans la plupart des cas, cette pathologie est découverte par hasard. Depuis 2002, elle est reconnue comme maladie professionnelle lorsque les plaques atteignent une épaisseur déterminée dans les tissus.

Asbestose

L’asbestose est une fibrose pulmonaire consécutive à une longue exposition à de fortes concentrations de poussières d’amiante. Le tissu pulmonaire, qui a normalement une structure très fine, est remplacé par un tissu de type cicatriciel, beaucoup plus épais. Il en découle, même après la fin de l’exposition, une gêne importante voire une insuffisance respiratoire grave. On ne peut traiter que les complications de cette maladie irréversible.

Les personnes souffrant d’asbestose développent deux fois plus souvent des tumeurs pulmonaires malignes.

L’asbestose, maladie provoquée par une exposition importante et de longue durée aux poussières d’amiante, était très fréquente dans les années 50 -70. Actuellement, la Suva enregistre annuellement encore relativement peu de cas d’asbestose. La raison en est l’amélioration des conditions de travail depuis le début des années 80 et la fin de l’isolation au moyen d’amiante floqué depuis 1975-1976.

L’asbestose est reconnue comme maladie professionnelle depuis 1939.

Cancer du poumon (carcinome bronchique)

Une exposition importante et de longue durée aux poussières d’amiante augmente significativement les risques d’apparition d’un cancer du poumon. Sur le plan médical, il n’y a pas de différences entre les cancers du poumon consécutifs à l’amiante et à d’autres cancers du poumon. Fumer accroît fortement le risque de développer un cancer du poumon à la suite d’une exposition à l’amiante.

Il existe actuellement différents traitements, comme la chirurgie (surtout pour les stades précoces), la radiothérapie et la chimiothérapie.

Le carcinome bronchique est reconnu par la Suva comme maladie professionnelle provoquée par l’amiante s’il y a parallèlement une faible asbestose.

Mésothéliome malin

Un mésothéliome peut être provoqué par des concentrations en poussières moyennement élevées. Le mésothéliome malin est une tumeur maligne de la plèvre, plus rarement du péritoine. Il entraîne rapidement des douleurs dans la cage thoracique, une insuffisance respiratoire et un affaiblissement général. Il est parfois possible de prolonger la vie des patients en combinant la chimiothérapie, la chirurgie et éventuellement la radiothérapie. On n’est pas encore capable de guérir cette maladie.

La période de latence est extrêmement longue: entre quinze et quarante-cinq ans. L’espérance de vie après la détection de la maladie est par contre très brève.

Toutes ces maladies se caractérisent par une longue période de latence, qui se situe en général entre quinze et quarante-cinq ans après le début de l’exposition.

Coordonnées :

Office fédéral de la santé publique (OFSP)
Division produits chimiques
3003 Berne
Tél. 031 322 96 40
bag-chem@bag.admin.ch
www.asbestinfo.ch

Office fédéral de l’environnement (OFEV)
Section Biocides et produits phytosanitaires
3003 Berne
Tél. 031 322 64 93
asb@bafu.admin.ch
www.umwelt-schweiz.ch

Office fédéral des constructions et de la logistique (OFCL)
Gestion des ouvrages et des bâtiments
Fellerstr. 21
3003 Bern
Tel. 058 462 08 10
info@bbl.admin.ch
www.bbl.admin.ch

Suva
Avenue de la gare
1001 Lausanne
Tél. 021 310 80 53 (questions sur le désamiantage)
Tél. 021 310 80 78 (questions médicales)
Tél. 021 310 81 11 (questions sur les prestations d’assurance)
amiante@suva.ch
www.suva.ch/amiante

Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail (CFST)
www.cfst.ch

Cantons
Liste des services cantonaux d’information sur l’amiante

Représentations des travailleurs
Le syndicat Unia informe et sensibilise les travailleurs sur l’amiante. Il peut répondre à des questions simples dans les langues les plus utilisées dans le secteur du bâtiment.
Unia – Le syndicat
Weltpoststrasse 20
3015 Berne
Tél. 031 350 21 11
info-amiante@unia.ch
www.unia.ch

 

Les directives

CFST – Directive Amiante 6503 – Nouvelle version (décembre 2008).pdf
CFST – Directive Amiante 6503 – Ancienne version (janvier 2000).pdf
STEB – Compléments à la directive CFST 6503 – mai 2005.pdf
STEB – Cahier des charges pour diagnostic amiante – Version 1.4.pdf
STIPI – Maintien de la dépression dans les confinements.pdf
INRS – Le bilan aéraulique des chantiers d%27amiante.pdf
INRS – Organisation des secours dans la zone amiante.pdf